Le livre Ça passe ou ça casse

Vous avez lu un de mes textes et vous voulez prolonger cet intriguant voyage dans mon cerveau ?
Trouvez ici mon actualité et mes travaux d'écriture au fil du temps.

le salon du polar ”un aller retour dans le noir” aura été l’occasion pour les Noires de Pau de présenter leur nouveau recueil de nouvelles sur le thème du vin local: le Jurançon.

Ma nouvelle : vous aviez dit piquette ?

une semaine de vacances en Espagne avec ma femme pour me ressourcer, en attendant la réponse de mon éditeur pour mon deuxième roman. Je retournerai bien volontier sur cette plage…

Text

Nocturne

Ils m’ont dit : « Tu es nouveau, mais tu vas quand même fermer l’établissement ce soir ».

C’est donc ma première nocturne à la piscine municipale et je me retrouve seul à surveiller les baigneurs du mardi soir. En tant que maître-nageur remplaçant, je ne m’attendais pas à hériter d’un emploi du temps sur mesure, mais là, en guise de bienvenue, les gros feignants de la fonction publique ne se sont pas gênés. Payé au rabais, je m’apprête à bosser quand ces messieurs dames les titulaires fuient le travail.

Il n’y a pas grand monde en ce début de soirée. Une dizaine de nageurs tout au plus. À l’entrée, la caissière ménopausée passe son temps à me téléphoner toutes les demi-heures pour me proposer un café. Elle s’emmerde elle aussi. Même si ses enfants n’ont plus besoin d’elle à la maison, elle retrouverait volontiers son caniche et le confort douillet de son minuscule HLM de la cité voisine.

Mon regard de merlan frit sur la surface de l’eau provoque les moqueries de deux quadragénaires affalées sur leurs planches. Elles piaillent depuis une bonne heure en critiquant tour à tour les gens qui animent leurs vies. Au début, j’écoutais des bribes de leur réunion tupperware, puis je me suis lassé, scrutant toutes les minutes cette foutue pendule murale bien trop lente à mon goût.

Et puis elle est apparue.

Jaillissant du pédiluve à la sortie des douches comme une délivrance que je n’attendais plus. Mon cœur manque un battement et ma mâchoire inférieure tombe sensiblement. Instantanément les deux pintades en battements de jambes marquent un temps d’arrêt. Devant le corps parfait de la jeune créature qui vient de surgir, la jalousie s’empare des deux femmes.

— Regarde-la celle-là, elle roulera moins du cul après sa première grossesse.

Elles me fixent à présent, attendant de voir ma réaction. Je n’ai aucune sympathie pour elles alors je surjoue.

— Ah, enfin un joli visage ! leur dis-je en souriant de toutes mes dents.

L’une d’elles réplique, la voix remplie de mépris.

— Pas de doute, vous êtes un vrai maître-nageur…

La jeune femme pénètre dans l’eau par l’échelle et marque un temps d’arrêt pour régler ses lunettes. En levant les bras pour serrer l’élastique derrière sa tête, elle fait rebondir sa fière poitrine. Elle sent mon regard insistant et me sourit poliment. Surpris, je décoche à mon tour mon sourire niais trahissant mon émoi. Ce n’est pas grave, elle doit en avoir l’habitude.

Elle nage pendant une bonne vingtaine de minutes sans que je la quitte des yeux. Elle enchaîne crawl, dos, brasse et délicieuses culbutes à chaque virage. Le temps passe trop vite d’un coup et je raccroche au nez de la caissière qui voulait sûrement m’offrir un énième café.

Elle fait une pause, ôte ses lunettes et s’empare d’une planche pour se placer dans la ligne d’eau juste sous mon nez. Elle entame des battements de jambes faisant basculer érotiquement sa croupe diabolique. J’ai chaud. Les deux langues de vipères ne font pas le poids devant la superbe naïade qui les double à plusieurs reprises. Écœurées, elles s’en vont sans un au revoir. M’en fiche, je ne suis que remplaçant et je n’ai aucune chance de faire ma carrière ici.

Les mains sur les hanches, la caissière me lance son regard le plus noir depuis la plage d’en face. Je lève le menton en sa direction pour lui signifier mon incompréhension. Elle pointe du doigt la pendule. 21 h 50 !

Je redescends vite de mon nuage et prie la dernière cliente de rejoindre le vestiaire, car on doit fermer et on a du retard. Cette dernière me déshabille en une fraction de seconde en me fixant dans les yeux. Le temps s’arrête délicieusement. Un rictus de sa lèvre marque sa déception puis elle esquisse un dernier sourire.

Foutu pour foutu, je me lance ! Je m’accroupis devant elle et lui glisse à mi-voix :

— Je suis navré Mademoiselle, je vous surveillerais volontiers toute la nuit malheureusement la vieille chouette d’en face n’a pas un air conciliant…

— Cette vielle chouette est ma mère et vu que je n’ai que quinze ans, je pense que c’est malheureusement elle qui va veiller sur moi de nombreuses nuits encore.

Text

mon œuvre est hors concours, mais si vous aimez, alors votez !
Ce texte m’a été inspiré par un 45 tours qui tournait en boucle chez mes Grands parents, bien qu’il appartienne à une de mes tantes.
“Un instrumental qui avait eu un certain succès au niveau Européen lors de sa sortie.Pierre Bachelet et Mat Camison étaient les compositeurs originaux de ce titre qui avait été crédité sous le pseudo de “Bacson”.”
Ici la bande son :
http://www.youtube.com/watch?v=Vm_NnZn2zQ0&feature=kp

image

à lire ici !

http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/ok-chicago

Text

Bravo à Stéphane Gaillard (commissaire de course) et Patrick Souriane (grand passionné) qui ont gagné tous deux un roman “ça passe ou ça casse” en jouant respectivement sur le site DYH et à la radio sur RPO.

image

image

Une autre interview sur France Bleu Béarn lors du Grand Prix de Pau Historique mais cette fois pour mes amis de l’école de pilotage GTRO.

Une autre interview sur France Bleu Béarn lors du Grand Prix de Pau Historique mais cette fois pour mes amis de l’école de pilotage GTRO.

Text

l’interview de mercredi matin sur France Bleu Béarn :

http://www.mediafire.com/listen/28coyf0b7cti7cp/A_LA_UNE—Sébastien_Sarraude—NET_3606DA19-60EF-_48F6-B30D-A61CBBE9C824_R64B.Mp3

Text

interviewé demain matin sur France Bleu Béarn à 8h15 pour mon premier roman à gagner sur DYH.fr
FM 96.7

Text

Design Your Holidays vous propose de gagner 3 romans dédicacés à l’occasion du prochain Grand Prix de Pau.

http://www.dyh.fr/guide-agenda/jeux-et-animations-commerciales/pau/eve-1048/jeu-concours-ca-passe-ou-ca-casse-.html

3 questions simples vous renvoyant sur mon blog ou sur le site de mon éditeur numérique adventure-book.fr

bonne chance !

photo: de l’excellent Thibault Rapenne

Je suis en pleine correction de mon deuxième roman.
Sortie ?
Cette année j’espère, en numérique avec le même éditeur, si le texte lui plaît, et en papier pour ceux qui veulent décimer les forêts (humour noir).

Le rapport avec la photo ?
Il faudra que vous le lisiez pour qu’il vous saute aux yeux.
Patience…

photo: de l’excellent Thibault Rapenne

Je suis en pleine correction de mon deuxième roman.

Sortie ?

Cette année j’espère, en numérique avec le même éditeur, si le texte lui plaît, et en papier pour ceux qui veulent décimer les forêts (humour noir).

Le rapport avec la photo ?

Il faudra que vous le lisiez pour qu’il vous saute aux yeux.

Patience…

Pour la bonne cause !
https://twitter.com/search?q=%23Lib%C3%A9rezlesb%C3%A9rets

Pour la bonne cause !

https://twitter.com/search?q=%23Lib%C3%A9rezlesb%C3%A9rets

Text

déménagement effectué !

Une bonne chose de faite, internet à mis du temps à me parvenir et un ordinateur nécessaire à l’écriture (correction) est parti chez le constructeur. Heureusement la matière grise et l’imagination sont encore là.

L’objectif du deuxième roman pour 2014 est toujours d’actualité.

Text

Je devais avoir à peine une dizaine d’année lorsqu’une tante m’a raconté l’histoire des survivants des Andes de 1972. J’avais été marqué par cette incroyable leçon de survie imposée à ces hommes. Devoir manger leurs semblables décédés dans le crash de leur avion.

Plus tard j’ai lu le livre de Piers Paul Read et été encore plus touché par cet incroyable récit.

Enfin, en 2013, je tombe sur un livre dont j’ignorais l’existence et écrit cette fois par un protagoniste même de ce tragique accident. Nando Parrado, je me souvenais de ce diminutif de Fernando qui revenait très régulièrement dans le premier livre. Je viens donc de le terminer et suis particulièrement touché par la leçon de vie de cet homme qui a admirablement réussi par la suite et dans de nombreux domaines.

J’invite tout ceux qui veulent vivre une incroyable aventure de lecture a se pencher sur ses ouvrages avec un faible pour le deuxième qui est plus personnel et plus fort émotionnellement.

Ici un lien d’un reportage TV sur cette histoire:

http://www.youtube.com/watch?v=hYWVw0bwMok

Text

C’est ce soir à 18h30 ! Depuis des années, l’association “les Noires de Pau” permet à des écrivains en herbe de se retrouver, d’échanger, d’écrire ensemble, d’affiner leur style et de se faire plaisir. Elle publie chaque année un recueil de nouvelles noires écrites par leurs membres, issues de leurs travaux, et organise des concours d’écriture pour enfants et adultes. C’est pour présenter l’association et ses actions que Fabienne Rivayran et Jean-Claude Doléans viendront à la librairie… Mais aussi pour présenter leur dernier recueil, Pages 14-18 qui comme son nom l’indique, est consacré à la Grande Guerre !

Text

Ma femme et moi avons été conviés à la Villa Navarre de Pau pour participer à la soirée réservées aux partenaire du pilote palois Laurent Courregelongue. Notons qu’il a porté durant toute la saison un bandeau de visière aux couleurs de mon roman et décoré sa deuxième voiture de la même manière (avec Adrien Catelin au volant).

Mon premier roman a servi de cadeau pour certains partenaires qui, a fortiori, aiment le sport automobile.

Merci Laurent et vivement le début de saison 2014.